SOMMAIRE :


Accueil | Faune et flore | Culture | Photos | Vidéos | Chiffres | Gastronomie | Géographie | Auteur | Contacts





Climat du Baïkal



La caractéristique principale du climat au Baïkal est son instabilité, son contraste, resultant de l'ensemble des facteurs orographiques, hydrologiques et atmosphériques du bassin. Le lac est situé au centre de la Sibérie Orientale qui possède un climat continental caractérisé par des écarts de températures importants entre l'hiver et l'été, mais qui garde des caractéristiques de climat océanique avec des températures saisonnières tempérées : un hiver relativement doux et un été frais. Les énormes masses d'eau se réchauffent jusqu'à une profondeur de 200 à 250 mètres en période estivale et accumulent de ce fait une grande quantité de chaleur. La différence entre le climat baïkalien et celui de la Sibérie Orientale surprend, surtout si nous comparons les températures de l'air à Irkoutsk et à Listvianka (sur la rive du Baïkal) alors que la distance qui les sépare n'est que de 70 kilomètres.

Juin Décembre
Irkoutsk +25...+30°C -20...-25°C
Baïkal +15...+18°C -12...-15°C

La température maximale enregistrée à Irkoutsk est de +36°C, la minimale de -50°C. La température moyenne annuelle à Irkoutsk a augmenté ces dernières décennies de -1,4°C à -0,9°C. Au Baïkal, les températures moyennes annuelles mesurées par les stations météorologiques se présentent de la facon suivante : dans la partie sud, elle est de -0,7°C, au centre du lac, de -1,6°C et au nord elle atteint -3,6°C. L'endroit le plus chaud du Baïkal se situe dans la Baie des sables (Boukhta pestchanaya) ou la température annuelle moyenne de l'air atteint +0,4°C.

Si la température moyenne annuelle n'est pas élevée au Baïkal, on ne peut pour autant se plaindre d'un manque de soleil. L'ensoleillement y dépasse les 2500 heures par an. En comparaison, rappelons que la station thermale " Les eaux minerales du Caucase " bénéficie d'un ensoleillement de 2000 heures par an. En Europe de l'ouest, approximativement aux mêmes latitudes, les Orcades connaissent une insolation de moins de 1100 heures par an; Brest est ensoleillée à raison de 1730 heures par an. Et c'est donc à juste titre que le Baïkal revendique son droit d'etre nommé " le royaume de soleil ".

Le bassin du Baïkal représente une suite d'espaces montagneux et de plateaux, ceci explique la disparité des repartitions des précipitations. D'après les conditions climatiques, on dénombre quelques zones ou l'importance des précipitations varie de 187 à 1324 mm par an. Le maximum des précipitations s'observe sur la côte sud-est du lac (800 mm sur le littoral et 1200 à 1324 mm dans les montagnes du Khamar-Daban), les précipitations les plus faibles, 187 à 259 mm, tombent sur l'île d'Olkhone, l'archipel Ouchkani et les côtes de la Petite Mer (Maloé Moré).

Schéma de l'insolation du lac Baikal
Schéma de l'insolation du lac Baikal







La banquise annuelle




banquise annuelle du baikal

Chaque année, Le Baïkal se couvre d'une calotte glaciaire. Le gel de l'eau commence avec les premiers froids. Au mois de décembre, les tempêtes forment sur les rives des " sokouï ", sortes de stalactites et stalagmites, dont la hauteur atteint par endroits plus de 10 mètres. Quand le froid s'intensifie, une bouillie de glace, la " chouga ", apparait sur le lac à la formation de laquelle participent les chutes de neige et les remontées de glace depuis le fond. Cette bouillie se soude au fur et à mesure en plaques, en radeaux. Par endroits l'eau est prise par les froids telle qu'elle et donne alors une glace absolument lisse et transparente. Le gel definitif débute en novembre dans des baies de petites profondeurs ou l'eau se refroidit le plus vite. Lorsque la température descend à -20°C, pendant 3 à 4 jours, la banquise s'epaissit rapidement et de facon extrème, de 5 à 7 cm par jour. Dans le courant de la première moitie de janvier la banquise couvre tout le lac. Dans sa partie sud le Baïkal est couvert pendant 4 à 4 mois et demi, au nord pendant 6 à 6 mois et demi. L'épaisseur de la glace varie de 70 à 130 cm. Les blocs de glace atteignent une hauteur de 3 mètres, et certains culminent même à plus de 5 mètres.

La glace du Baïkal est plus solide que celle des océans car l'eau du lac n'est pas salée. Un mètre carré de glace épaisse de 50 cm peut supporter 15 tonnes, c'est pourquoi en hiver on peut s'y déplacer à l'aide de n'importe quel moyen de transport. Le seul danger provient des failles dans la banquise, failles dont la largeur varie de 0,5 à 2 mètres et qui s'étendent sur des dizaines de kilomètres. Plusieurs de ces failles ne gèlent pas de tout l'hiver, se contractant et s'élargissant régulièrement. Ces failles appelées " stanovaya schel " apparaissent chaque année aux mêmes endroits, elles forment des sutures thermiques de glace et servent d'articulations à la banquise. Il existe aussi de petites fissures, les " treschiny ", de quelques centimètres de largeur, dont la formation résulte du changement de température entre le jour et la nuit. Leur formation est très fréquente au printemps. Absolument sans danger, elles peuvent effrayer les personnes non averties car leur formation s'accompagne d'un bruit comparable à celui d'une salve d'artillerie.










climat baikal




banquise lac baikal

Les clairières ou " propariny " représentent un autre danger. Elles sont formées par la remontée d'eaux chaudes, qu'il s'agisse de sources thermales, de courants ou d'un apport de cours d'eau. Elles sont dangereuses uniquement pour les voitures, très rarement pour les piétons. Les régions concernées sont cartographiées et les guides doivent savoir les déceler.

Le long de la côte nord-ouest et dans la Petite Mer, la glace n'est généralement pas couverte de neige et reste donc transparente. Au travers de cette glace polie par le vent, à proximite des berges, on peut apercevoir le fond du lac et mieux encore, des poissons et des écrevisses !

En mars la banquise se modifie sous l'action du dégel, elle se dilate plus qu'elle ne se contracte. Si le mouvement de la banquise rencontre un obstacle, un haut-fond ou une falaise, celui-ci la fait émerger, formant des amas de glace de grande taille. Les chevauchements de glace, les " nadvigui lda " peuvent broyer des bateaux ou des pontons de bois et atteindre une dizaine de mètres de haut.

La glace s'épaissit jusqu'à la fin mars pour commencer à s'amenuiser au mois d'avril. La fonte commence pres du cap Kadilny, dans le sud ou jaillissent des sources sous- lacustres, et se termine aux alentours des 9 au 14 juin par le nord du Baïkal.


Découvrez aussi la carte de la banquise du Baïkal





Les vents du Baikal

La diversité des vents du Baïkal se reflète dans leurs noms locaux. On en répertorie plus de 30. Les observations centenaires des riverains ont permis d'établir des calendriers pour chacun d'eux. Les vents les plus forts soufflent dans le détroit de Olkhnskié vorota et dans le golfe de Tchivyrkouïski où la hauteur des vagues peut dépasser 4 mètres ; il en va de même aux basses eaux devant le delta de la Sélenga, à l'entrée du golfe de Bargouzinski et à l'extrémité nord de l'île de Bolchoï Ouchkani. Là, la hauteur des vagues peut atteindre 6 mètres et 22° d'inclinaison. Les tempêtes caractérisent la fin de l'été et de l'automne.

Le Verkhovik est un vent sec soufflant depuis la vallée de Verkhnyaya Angara, l'Angara Supérieure, d'ou le nom du vent. Le Verkhovik balaïe tout le lac du nord au sud. Il apparait pour la première fois dans l'année au mois d'août et peut durer dix jours. Lors du passage du Verkhovik le temps est ensoleillé, il souffle tranquillement sans rafale, il ne provoque presque pas de houle près des berges. A la fin novembre, début décembre, le Verkhovik souffle plus fort et provoque dès lors des vagues pentues de 4 à 6 mètres.

Le Bargouzine souffle dans la partie moyenne du lac en sortant de la vallée de Bargouzine et traversant le Baïkal dans sa diagonale. Ce vent souffle régulièrement en se renforcant progressivement, mais il cède le pas au Verkhovik par sa durée. Le Bargouzine apporte au lac un beau temps ensoleillé et stable.

Le Koultouk balaie le Baïkal du sud au nord et apporte avec lui des pluies et de terribles tempêtes. Il ne dure pas aussi longtemps que le Verkhovik. Le Koultouk souffle surtout en automne, c'est à ce moment qu'il est le plus fort.

Le nom de Gorni, le montagnard, englobe les vents les plus forts et les plus dangereux pour la navigation. C'est un vent d'ouest et de nord-ouest, latéral, qui se déchaine brutalement depuis les montagnes vers le lac. Il apparait subitement et prend rapidement de la force pour atteindre parfois la vitesse de 40 m/s. Il prédomine d'octobre à novembre.

La Sarma est une variété du Gorni, le vent le plus fort et le plus redoutable des vents du Baïkal. Il s'échappe de la vallée de la rivière Sarma qui se jette dans la Petite Mer. Sa vitesse dépasse 40 m/s. Le vent acquièrt toute sa puissance durant la première heure. En été la Sarma peut se former aussi vite qu'il se termine. Par contre, en automne, ce vent peut souffler 24 heures durant. La vallée de Sarma, qui se rétrécit en un delta et forme une sorte de tube aérodynamique dans la gorge de rochers abrupts, est une particularité qui génère ainsi des vents d'ouragan.

Le Chélonnik est le vent du sud du Baïkal qui amène l'air chaud de Mongolie par-dessus les crêtes de Khamar-Daban. Un temps chaud et clair accompagne Chelonnik.



---------------------------------------------------
Synthèse et traduction par © Pavel Ageychenko
Photos : © Pavel Ageychenko




Haut de page



Accueil | Faune et flore | Culture | Photos | Vidéos | Chiffres | Gastronomie | Géographie | Auteur | Contacts

© www.lacbaikal.org - Site du Lac Baïkal | Voir plan du site
Ce site est la propriété de l'agence de voyage en Russie BaikalNature SARL, tour opérateur russe implanté à Irkoutsk, spéciliste de voyages d'aventure et de découverte en Sibérie Orientale.

Voyagez sur le lac Baïkal en compagnie de nos guides francophones expérimentés! Découvrez tous nos voyages au lac Baikal sur le site de l'agence www.BaikalNature.fr